Amour et protubérances

Amour et protubérances

«Libre et subversif, voilà comment qualifier l’art du bouffon. La bête s’avère diablement intelligente, formidablement vive et d’une irrévérence tout simplement jouissive.» 
—Christian Saint-Pierre, Voir

«Vifs et très drôles, Valérie Beaulieu, David-Alexandre Després et Érika Gagnon s’amusent comme des fous dans cet exercice théâtral particulièrement impertinent. Pour peu qu’on soit cynique ou sensible à certains paradoxes essentiels, on rigolera beaucoup.»
—Isabelle Porter, Le Devoir

«On se tue à dire et redire depuis au moins trente ans que le monde a besoin de tendresse et ça ne semble pas donner beaucoup de résultats. C’est peut-être de bouffons dont le monde a davantage besoin.»
—Paul Lefebvre, Centre National des Arts

D’AMOUR OU DE PROTUBÉRANCES ?

Ils sont trois : Fatale, Pathos et Testos. Outrageusement désinvoltes, ils parcourent le monde à la recherche d’un public dont ils pourront rire. Devant eux des hommes et des femmes s’assemblent et espèrent une histoire. Ils s’installent: une table, des victuailles et une chaise taillée dans un arbre de la forêt enchantée. Tout est prêt, ils peuvent jouer leur comédie favorite: celle de l’absurde amour humain.

Ces bouffons, par leur farce irrévérencieuse, nous rappellent que, subjugués par de féroces images fabriquées à grand coup de publicité, nous n’arrivons plus simplement à se dire «je t’aime». Que reste-t-il pour les hommes et les femmes «normaux»?

Ici, l’amour écope, les protubérances règnent et le rire triomphe.

LE BOUFFON : UN ART SATIRIQUE

Le bouffon n’est pas un clown; il n’a ni sa légèreté, ni sa naïveté. Intelligent manipulateur, il cherche à provoquer le rire, mais surtout le malaise. Son corps est déformé par des protubérances inélégantes. Chacune de ses difformités est la représentation physique d’un vice caché de notre humanité. Il exhibe ce que nous cherchons à cacher. Ne s’encombrant d’aucune loi, le bouffon est libre d’orgueil et de doute. Le grotesque, le rire, le mystère, la beauté, la démesure: tout lui appartient.

Il est notre frère, notre amour, notre ami… le bouffon, c’est nous!

TEXTE MARCELLE DUBOIS
MISE EN SCÈNE JACQUES LAROCHE

INTERPRÉTATION VALÉRIE BEAULIEU, BOUFFON FATALE / DAVID-ALEXANDRE DESPRÉS, BOUFFON TESTOS / ÉRIKA GAGNON, BOUFFON PATHOS

COSTUMES : VÉRONIQUE BERTRAND
SCÉNOGRAPHIE ET ÉCLAIRAGES : JONAS BOUCHARD