Extraits de critique Habiter les terres

Extraits de critique d’Habiter les terres

 

Le pari que prend Marcelle Dubois avec ce texte est celui d’une fable tendre. Avec une solide distribution et beaucoup d’humour, mais aussi avec une grande honnêteté, on va réfléchir à ce qu’on veut que soit ce pays. Une mise en scène organique, une belle solidarité. Vraiment, une 1 h 20 qui passe fabuleusement. Et vous allez sortir de là revitaliser. 

Karyne Lefebvre – Gravel le matin, Radio-Canada

Il se dégage toutefois du texte un univers riche et coloré, bien porté par la mise en scène ingénieuse de Jacques Laroche, qui mêle habilement mime, jeux d’ombres, bruitage, marionnette et jeu choral, dans un décor dépouillé évoquant fort bien la campagne, ses ciels étoilés, ses couchers de soleil rougeoyants et ses aurores boréales luminescentes. Il y a quelque chose de réjouissant à voir ainsi une petite communauté résister à la machine administrative, tel un village gaulois gavé de potion magique, et se lancer corps et âme dans un combat perdu d’avance.

Aurélie Olivier – Jeu, revue de théâtre

 

C’est toute une histoire, ça ne manque pas d’humour. C’est un texte plein de poésie boréale.

Francine Grimaldi – Samedi matin et rien d’autres, Radio-Canada

 

La belle plume de Marcelle Dubois, qui avait déjà charmé le public du Jamais Lu l’été dernier, trouve ici son nid dans une scénographie dépouillée qui évoque à merveille les grands espaces du Nord, mais aussi ses paysages impressionnants.

Daphnée Bathalon – Montheatre.qc.ca

Les dialogues incisifs et drôles des humains se répercutent dans le discours sensé des animaux jusqu’à ce que les corps des personnages se confondent pour ne former qu’une seule entité.

Léa Arthémise – atuvu.ca

(…) sa dernière création est un vent de fraicheur dans ce que nous sommes habitués de voir, que ce soit au théâtre, à la télévision ou au cinéma à propos des régions.

Alexandre Michaud – Le Contemporaliste